Présentation du CERA

LE CERA

 

 

Objets

Le CERA a pour objets de mener et de promouvoir :

  • la formation, l'enseignement, la certification à la Recherche (recherche intégrée et doctorat)
  • la conduite et la réalisation d'études et de recherches appliquées
  • la coopération entre les chercheurs des trois établissements qui le portent, en lien avec les universités et les partenaires associés
  • la réalisation de colloques, de séminaires et de publications pour la production et la valorisation de savoirs professionnels dans un cadre régional, national et international.
  • Il développe ses projets dans les champs de l'Economie Sociale et Solidaire, de l'Action Sociale, Educative et Médico Sociale, de la Santé et de la Médiation.

 

 

Equipe

Le CERA est piloté par Anne Petiau, docteure en sociologie, chercheure associée au Laboratoire Interdisciplinaire pour la Sociologie Economique (LISE), Unité mixte de recherche du Conservatoire National des Arts et des Métiers (CNAM) et du Centre National pour la Recherche Scientifique (CNRS).

Le CERA a vocation à mettre en œuvre la coopération avec les chercheurs des trois structures partenaires. Les formateurs-chercheurs et professionnels-chercheurs participent aux projets, en fonction de leurs périmètres de compétence.

Participent aux études et recherches en cours :
- Claire Heijboer, Responsable de Projet à BUC Ressources, Doctorante en sciences de l’éducation à l’Université Paris Descartes/Centre de Recherche sur les liens sociaux (CERLIS)
 

- Sylvain Beck, docteur en sociologie, formateur permanent au centre de formation Saint-Honoré (Paris, 19è) et post-doctorant associé au GEMASS (Groupes d’Etude des Méthodes de l’Analyse Sociologique de la Sorbonne (Paris 4-Sorbonne/CNRS UMR 8598)

Philippe Chevetzoff, Psychosociologue, Membre du CERA, Formateur au centre de formation Saint Honoré, Intervenant de l’Association pour la Recherche et l’Intervention Psychosociologiques (ARIP).

 

Orientations scientifiques

Les orientations scientifiques du CERA se déclinent en plusieurs axes :

  • Développer une recherche intégrée : mettre en œuvre des liens entre recherche et formation, tant par la diffusion des résultats de recherche aux étudiants que par la participation des formateurs-chercheurs aux études et recherches.
  • Développer une recherche appliquée, visant à soutenir l’action des professionnels et le pouvoir d’agir des personnes concernées (habitants, citoyens, usagers), à investiguer des problèmes identifiés par les acteurs du champ social, médico-social et de la santé.
  • Participer à des projets de recherche, en partenariat avec des universités et des organismes de recherche.

En lien avec l’équipe de formateurs-chercheurs, le CERA s’inscrit dans une pluridisciplinarité. D’un point de vue méthodologique, il met en œuvre des méthodes d’enquête classiques en sciences humaines et sociales (telles que entretiens individuels et collectifs, questionnaires, observation, etc.), mais privilégie également les méthodes collaboratives et de recherche-action. Celles-ci se caractérisent par deux grands aspects : la participation des professionnels et/ou des usagers et citoyens au processus de recherche, la poursuite d’un double objectif : la production de connaissance et la transformation de la réalité (Barbier, 1996). Dans sa visée de soutien aux acteurs des champs dans lesquels il s’inscrit, le CERA est susceptible de répondre aux besoins de diagnostic et d’évaluation des institutions, ou encore d’accompagner des expérimentations sociales.

Le CERA privilégie tout thème relevant de l’Economie Sociale et Solidaire, de l'Action Sociale, Educative et Médico Sociale, de la Santé et de la Médiation.

 

 

Histoire & contexte

Le CERA a été créé en 2013 par BUC Ressources. Fruit d’un positionnement actif  dans la dynamique d’évolution de la formation et de la recherche, le CERA a été mutualisé et est porté depuis 2015 par BUC Ressources, le centre de formation Saint Honoré, l’association CEREP-Phymentin et son centre de formation continue, le COPES.

Le paysage des formations et de la recherche évolue. Les formations professionnelles du secteur social et médico-social sont appelées à se rapprocher des universités, à développer leur espace de recherche, afin de s’inscrire pleinement parmi les acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche (Rapport STRANES 2015). Si la recherche fait partie des missions des établissements de formation en travail social depuis la création des Instituts Régionaux de Travail Social en 1986, son développement dans le secteur social, médico-social et de la santé prend une nouvelle actualité ces dernières années. Plusieurs étapes jalonnent cette évolution : création en 2008 des PREFAS (Pôles Régionaux de Recherche et d’Etude pour la Formation et l’Action Sociale), conférence de consensus sur « La recherche en/dans/sur le travail social » organisée en 2013 par la Chaire de travail social et d’intervention du CNAM et soutenue par la Direction Générale de la Cohésion Sociale, adoption en 2015 du Plan d’action en faveur du travail social et du développement social faisant suite aux Etats Généraux du Travail Social, et comprenant des mesures en faveur de la reconnaissance de l’intervention sociale comme un objet de recherche.